• Le ballet des danseuses

    Le fabricant Piko a produit nombre d'exemplaires des BB 25500. Petite revue d'effectif des engins ayant circulé sur le réseau de Germilly.

    La première sous-série était donc constituée des versions à grandes cabines, persiennes longitudinales, en livrée verte

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis ce fut au tour des versions gris béton d'effectuer leur premier tours de roue sur le réseau

    Une première livrée avec moustache

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au pays des danseuses

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au pays des danseuses

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au pays des danseuses

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis une seconde, plus récente, sans moustaches

    Au pays des danseuses

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les deux versions en Unité Multiple

    Au pays des danseuses

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'année suivante furent produites les versions à petites cabines

    D'abord la verte

    Au pays des danseuses

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Avec l'une de ses consœurs à grandes persiennes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    puis la version béton

    Au pays des danseuses

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Malheureusement, ces engins entraîneront la fin de la production française pour Piko, ceci pour plusieurs raisons :

    - une production, imposée par la maison mère au distributeur, bien trop importante à écouler par rapport à ce que pouvait absorber le marché français,

    - des ratés dans la reproduction des marquages sur plusieurs références, forcément boudés par des clients en droit d'obtenir des modèles conformes en regard du prix demandé,

    - l'erreur de ne pas avoir étudié un nouvel attelage pour les versions courtes.

    Au final, un rendez-vous manqué : les ventes s'avèreront en deçà du nombre d'engins produits alors que le potentiel était là, du fait d'une fabrication sans aucun suivi qualitatif qui aura raison des ambitions et du porte feuille de l'importateur.

    Dommage, car les modèles étaient bien gravés par ailleurs, et les teintes retenues étaient réussies, sans compter une mécanique correcte. Avec ce châssis existant, il aurait pu y avoir de nombreuses autres séries, telles les BB 8500, 17000, 20200 (pouvant intéresser les clients suisses et allemands), et pourquoi pas les BB 16500...

     

     

     

     

    « Des diesels sous caténaire13 minutes d'Ennecourt en vidéo »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :